Rechercher
  • Sandrine Goutorbe

STÉNO-DACTYLO vs OFFICE MANAGER : un pas de géant en moins d’un siècle !


Longtemps réservé aux hommes, pour le compte de l’État et de la noblesse, le métier de secrétaire s’est démocratisé au XIXe siècle sous l’impulsion de la révolution industrielle. C’est seulement à la fin de ce même siècle et surtout au début du XXe, avec l’arrivée de la machine à écrire et le développement d’écoles de formation en sténo-dactylographie, que ce métier s’est largement féminisé. A cette époque et jusqu’aux années 80, voire 90, la secrétaire (souvent nom générique des métiers de bureau) avait un rôle d’exécutante et, il faut bien le dire, faisait l’objet de considérations peu valorisantes et sexistes. Pourtant, sa formation était bien plus complète que le simple apprentissage de la sténo-dactylographie. Elle incluait les bases comptables, l’économie, le droit, les règles et procédures administratives de l’entreprise.


Mais les grands changements étaient en route. Au milieu des années 80, arrivèrent les premiers ordinateurs (système Dos, svp !) et le traitement de texte. Adieu papiers carbone et pelure ! L’évolution des outils bureautiques a entraîné l’apparition de la secrétaire de direction et la nais-sance du BTS d’assistante de direction. De même, la généralisation de l’informatique au sein des entreprises a généré une mutation sensible du métier. La dactylographie ne représente plus que 20 % des tâches et le rôle de support est largement sollicité. Le terme secrétaire est devenu peu à peu obsolète et a été laissé place à celui d’assistante.

L’assistante doit être un véritable caméléon. Sa fonction de support est prédominante. Elle doit s’adapter à l’évolution de ses outils de travail, au secteur de l’entreprise qui l’emploie et aux missions qui peuvent lui être confiées. Elle conserve néanmoins un rôle principalement exécutif. Aujourd'hui cette profession est occupée à 98 % par des femmes (ce qui explique la liberté que j'ai prise de laisser le genre féminin l'emporter dans cet article !).


Et l’office manager dans tout ça ?

Ce métier né aux États-Unis et arrivé en France il y a une dizaine d’années, se situe entre l’assistante de direction et le responsable administratif. C’est une fonction pivot, à hautes responsabilités et aux multiples prérogatives. L’office manager assure le bon fonctionnement interne de l’entreprise afin de dégager du temps au dirigeant. Il veille au bien-être du personnel et de son environnement, gère les services généraux, l’administratif, les ressources humaines, le juridique, la comptabilité, les projets, la communication, l’organisation des événements, l’accueil des nouveaux arrivés et pilote les équipes. Il fait preuve d’une confidentialité à toute épreuve, indispensable à ce niveau. Curieux, dynamique, inventif, il est à l’affût des nouveautés permettant toute amélioration du fonctionnement. Il a indéniablement un rôle clé dans les petites et moyennes entreprises qui ne doit pas être confondu, comme on le voit parfois, avec celui d’une assistante. Sa formation s’appuie sur un parcours professionnel solide, d’assistante de direction très polyvalente, de dirigeant et de manager.


#secrétaire #assistante #officemanager #fonctionpivot #startup #PME #dirigeant

18 vues0 commentaire
Prendre des notes

SG OFFICE MANAGEMENT

RÉINVENTEZ VOTRE ORGANISATION

PARTAGEONS

Mentions légales

Tous droits réservés

  • LinkedIn Social Icône
  • Facebook